« J’ai navigué sur l’Hermione »

Mike, 17 ans, en seconde pro Intervention sur le patrimoine bâti (IPB) au Lycée Victorine Magne à Lisieux (14), a navigué sur l’Hermione entre Marseille et Port-Vendres du 16 au 20 avril. Tandis qu’il raconte cette expérience exceptionnelle, Thierry Campos, directeur de son lycée explique comment elle a été rendue possible.

 

Le regard de Mike : « J’ai navigué sur l’Hermione et j’étais heureux. »

Depuis que je suis petit, mon projet est de rentrer dans la Marine nationale. Sur l’Hermione, pendant ces cinq jours, j’ai découvert la navigation, le moteur, les hélices… Les officiers m’ont expliqué comment faire un point sur une carte et se diriger, comment le bateau marche. Le chef mécanicien était super intéressant ; quand il y a eu un problème moteur, il m’a montré ce qui n’allait pas. Le mardi, j’ai voulu faire le quart de 20 h à minuit, puis de minuit à 4 h, huit heures d’affilée pour profiter de la navigation de nuit et regarder les étoiles. J’ai vu aussi des beaux paysages, des dauphins qui sautaient hors de l’eau au lever du soleil en Espagne.

Côté relations, c’était comme une grande famille. Tout le monde s’entendait bien et j’ai rencontré plein de gens. Quand on a quitté Marseille et quand on est arrivé à Port-Vendres, on a tiré au canon et au moins 300 bateaux nous suivaient ! C’est quand même le premier bateau qui a aidé les Etats-Unis à être indépendants. Une expérience comme celle-là apprend beaucoup sur la vie en général, sur la vie en communauté ou sur soi-même. On sait très vite si c’est fait pour nous ou pas ! J’ai vraiment le sentiment d’avoir fait quelque chose d’exceptionnel.

Le regard de Thierry Campos, directeur du lycée Victorine Magne

Comment ce projet a-t-il été rendu possible ?

Mike est arrivé en septembre 2017 en seconde pro Intervention sur le patrimoine bâti (IPB) au lycée Victorine Magne, après être passé par le lycée de la mer. Il fait une prépa militaire marine et son projet est d’entrer dans la Marine nationale. Il a pu intégrer l’Hermione, comme surnuméraire même s’il était mineur, grâce à Alain Bourdeaux, président du yacht club de Deauville qui mène un projet avec nous pour les 3ème prépa pro. Ce dernier m’a mis en relation avec Isabelle Georget, la responsable marketing mécénat de l’association Hermione-Lafayette. Cette association était elle-même intéressée d’accueillir des jeunes en fragilité sur leur bateau. Enfin, cette semaine a pu être financée grâce à un don exceptionnel reçu d’une dame de 98 ans, Marie-Madeleine Bunel, dont la famille vouait une dévotion particulière au père Brottier et à sainte Thérèse de Lisieux.

Que peut représenter une telle expérience ?

Permettre à Mike, qui avait loupé l’accès à l’école des mousses, d’intégrer l’Hermione pendant cinq jours, c’est extraordinaire. J’ai pu l’accompagner à Marseille : sur le bateau, il y a une ambiance d’équipage fantastique, faite de fraternité et de solidarité, dans laquelle il a tout de suite été intégré ! Lui-même y est allé en disant : « Je vais peut-être rencontrer des personnes qui m’aideront dans mon projet. » Effectivement, cela lui a permis de préciser son projet d’insertion, de discerner si c’est bien sa voie et de l’affiner en s’activant avec l’équipage. Cela fait partie de la dimension « projet personnalisé du jeune » et son professeur principal a beaucoup travaillé tous les aspects de ce départ avec lui.

Au-delà de la scolarisation ou de la re-scolarisation, notre objectif est l’ouverture culturelle, citoyenne et internationale des jeunes car elle favorise leur épanouissement personnel et le lien avec les autres, elle facilite aussi leur insertion (elle-même conditionnée par un diplôme) dans la société. Considérer la scolarité et le diplôme est premier, développer des projets pour l’intérêt des jeunes est tout autant indispensable !